Compte-rendu du café sexo du 30 mars : fantasmes entre censure et démesure

  • 0

Compte-rendu du café sexo du 30 mars : fantasmes entre censure et démesure

Category : Non classé

COMPTE RENDU DU CAFE SEXO DU MERCREDI 30 MARS
FANTASMES : ENTRE CENSURE ET DEMESURE

50 personnes étaient présentes : 37 femmes et 13 hommes. Les hommes ont été plus loquaces que les femmes …
Du fait de l ‘annulation du café sexo de la veille à saint Gilles et du système de réservation, le nombre de paticipants a été plus réduit et cela était appréciable en terme d’ « intimité »…
Nous tenions à nous excuser quant au problème technique des micros … Il aurait été plus confortable que la salle ait un micro également …
Nous fonctionnons avec un système de prêt de micro actuellement, les finances de l’association Sexogénèse ne permettant pas encore de s ‘en procurer.
Cette soirée était encore une fois sous le signe du respect et de la bienveillance, du rire également …Merci à tous pour cette qualité d’échanges et d’écoute

En résumé :

Nous avons tenté de mettre une définition au teme « Fantasmes sexuels  » :
La définition de JD Nasio dans son ouvrage “ le fantasme- le plaisir de lire lacan” nous a beaucoup plu :
“ Qu’est – ce qu’un fantasme ? C ‘est un petit roman de poche que l’on transporte toujours avec soi et que l ‘on peut ouvrir partout sans que personne n’y voie rien , dans le train, au café, et souvent dans un rapport amoureux. “
Pour certains du café sexo, un fantasme est seulement imaginaire, ne doit être réalisé ni parlé sous peine de perdre de son ardeur.
Si un fantasme est réalisé et ceci plusieurs fois, cela n ‘est plus un fantasme mais une pratique sexuelle .
Nous avons repris le terme de Freud : « le fantasme est un théatre mental  » .
Le fantasme pour certains implique de l’humour, du jeu, c’est presque « clownesque  »
Le fantasme est idéalisé, un fantasme fait appel à un autre tant qu’il reste dans la tête. S’il passe à la réalité, risquerait-il de s’effondrer?
Un fantasme passe par un tabou, un interdit. Il est très différent d’une personne à une autre. Certains ont des pratiques très conventionnelles et juste un changement de lieu ( cuisine au lieu du lit ! ) sera un fantasme.
Pour d’autres, il faudra imaginer des pratiques beaucoup plus inhabituelles pour que cela devienne un fantasme .
Note de la sexologue : on note une interaction entre le Désir, l’Excitation sexuelle et le fantasme sexuel. Ces 3 notions interagissent entre elles. Le désir et l’excitation pouvant être le terreau du fantasme ou bien le fantasme étant la base de tout désir ou Excitation. A chaque personne, chaque situation de mettre en place ces 3 ingrédients .
On peut distinguer le fantasme diurne et le fantasme nocturne : les rêves érotiques, laissant passer nos interdits les plus refoulés, sans doute les plus incestueux dirait Freud…

Nous nous sommes posés la question d’en parler ou non à son conjoint ? pour un fantasme imaginaire seul, il semblerait que ne soit pas la peine, chacun garde son jardin secret…
Si on en parle, c’est plus pour l’assouvir et le partager avec son partenaire. Il faut faire très attention à bien recueillir l’assentiment du partenaire et se donner une espèce de « contrat » moral ou même parfois écrit lors de pratiques plus « hard » : sado masochisme, etc … Ne pas se laisser porter par l’excitation et en oublier le consentement du partenaire et regretter sa pratique le lendemain . Ne jamais mettre son couple en péril sous prétexte de fantasme. D’autant plus qu’il semblerait que nous soyons assez « stéréotypés » par les médias et parfois certaines pratiques pourraient correspondre à des phénomènes de mode. Par exemple, aller en club échangiste, même si cette pratique a toujours existé ( orgies latines, renaissance, etc…) , elles pourraient peut-être se banaliser aujourd hui contrairement à quelques dizaines d’années.
Les films pornographiques amènent une certaine passivité par rapport à l’imaginaire, cependant pour certaines personnes ils vont permettre de mettre en place certains scénarios …pour d’autres pas du tout …

Nous avons rappelé les fantasmes les plus fréquents : pour les hommes -pouvoir de domination . pour les femmes -pouvoir de séduction pour un ou plusieurs hommes .
Certains fantasmes vont donc être des changements de lieux, pour d’autres des changements de personnes et pour d’autres des changements de pratiques sexuelles …

Nous avons abordé la censure :
Pourquoi se censure t-on ? A cause de la morale, de la religion, de son éducation…
Note de la sexologue – Si trop d’autocensure il y a, cela peut diminuer son propre désir et voire même stopper la montée du plaisir, l’arrivée d’un orgasme, provoquer un souci d’érection chez l’homme. Tant qu’un fantasme est imaginaire, il n’a pas à être censuré…

Nous avons évoqué la démesure : quelle est la limite de la démesure ? Imposer à l’autre ses propres fantaisies sexuelles, aller trop loin dans ses « essais », regretter ses excès…

Comment enrichir ses fantasmes ?
par des littératures érotiques ( nous avons évoqué histoire d’O, bien qu’écrit par une femme – pour un Homme ?? à réserver à un oublic très averti en matière de SM ) – des scénarios pourront donner des idées à certain(e)s
par des films érotiques – très peu sur le marché actuellement – 50 nuances de Grey… sinon d ‘ anciens filsm: 9 semaines 1/2…
des films porno
des échanges verbaux ou écrits entre les partenaires sexuels : sextos …
des sextapes ?
Note de la sexologue en matière de conclusion :
Un plaisir ne vaut pas le coup de risquer de briser un couple, détruire sa santé, son insertion sociale, briser son intégrité physique ou psychique. Attention à la surenchère, aux phénomènes de mode synonymes d’anéantissement du désir si l’adhésion n’est pas mutuelle, si un manque de respect est apparu. La sexualité doit rester un plaisir partagé, rééllement, pas seulement pour faire plaisir à l’autre ou parce que l ‘on craint de décevoir son partenaire. A partir du moment où l ‘on est vigilant sur ces principes, que chacun s’amuse …


Leave a Reply