Monthly Archives: mars 2017

  • 0

Emission de TV Vendée – 20 Février 2017- Sexualité après 60 ans

Category : Non classé

Retrouvez moi à l’émission  » l’air de rien  » de TV Vendée du 20 février 2017

La sexualité après 60 ans

http://www.tvvendee.fr/l-air-de-rien/sexualite-apres-60-ans_20022017

 

 


  • 0

Compte-Rendu du 1er décembre 2016- Couple de parents/ couple d’amants

Category : Non classé

Compte-Rendu café sexo du 1er décembre 2016-

Les Sables d’Olonne – Couple de parents/ couple d’amants

 

 

Seules 8 personnes s’étaient déplacées pour ce café sexo des Sables. Comme il semble plus compliqué d’attirer du monde aux Sables, j’ai décidé de suspendre quelques mois les cafés sexo des Sables et ne garder que Challans.

 

Ce café sexo n’en n’était pas moins sympathique cependant et de bons et intéressants échanges s’y sont présentés.

 

Nous avons abordé :

  • difficulté d’avoir  des horaires atypiques dans le couple et de se « croiser »

            –     La difficulté de la fatigue le soir venu, éclipsant la libido

  • la difficulté de se laisser déborder par les enfnats ou les tâches menagères

 

 

 

Faire l’amour ne fatigue pas , ça réveille ! Certes, il va falloir se motiver les quelques premières minutes mais ensuite les caresses, le plaisir, la jouissance vont libérer des hormones qui réveillent tout en enlevant le stress…

 

Il est nécessaire de respecter ses envies ou sa fatigue évidemment mais il ne faut pas croire que l’envie va vous tomber dessus comme par magie mesdames ! Il va falloir attiser certaines braises :  quelques gestes tendres, voire coquins, des paroles aimantes, des lectures érotiques, des films érotiques, voire porno ? Mille moyens permettront de réveiller cette libido endormie mais cela nécessite un minimum de moyens et d’imagination….

 

Rompre la routine ? Etre  sans les enfants ? 

 

Tout d’abord vous avez besoin de moments d’intimité, donc le soir : les enfants doivent vous laisser tranquilles dès le début de la soirée…. Faites vous respecter ! Plus question d’avoir un enfant dans les pattes après 21h…. Quel que soit l’âge… Donnez vous des moments à deux de tendresse ou coquins après ce timing…. Si vous craignez énormément les bruits insidieux en faisant l’amour et que vos enfants vous entendent, mettez de temps en temps votre réveil à 5h du mat, ils dorment bien à cette heure-là !! Ou sinon, offrez vous une escapade en pleine journée, pendant qu’ils sont à l’école. Prenez vous une journée de congé ensembles, partez à 1h de chez vous et offrez vous l’hôtel en pleine journée, cela changera du quotidien ! Et puis pensez aux copains/copines pour des soirées en amoureux ….

 

 

La grossesse peut-elle être un frein à sa féminité, à rester amants ?

 

  • pour certains, ce n’est pas la grossesse qui pose un problème mais plutôt après…
  • pour d’autres, la grossesse a éveillé la féminité
  • Les hommes ont peur de se retrouver qu’ »avec une femme «  et que l’amante ait disparue …

Encore une fois, comme je le dis souvent pendant ces cafés sexo, seule la communication  sauvera les couples. Se respecter est primordial pendant ces temps délicats. Il n’est pas toujours aisé de garder les mêmes envies, les mêmes positions pendant la grossesse. Il sera alors bienvenu d’expliquer, de communiquer sur les douleurs ressenties, sur les envies différentes, sur le ressenti du  plaisir… Tous les couples qui ont discuté de leur sexualité pendant la grossesse n’ont pas eu plus de difficultés que cela après l’accouchement. Seuls ceux qui n’osaient rien dire pendant la grossesse ont eu plus de difficultés ensuite. Il faut donc SE PARLER pendant la grossesse et ne pas avoir peur de dire ce que l’on préfère…

 

Pour certaines femmes, la grossesse et l’accouchement a été un véritable révélateur de féminité et de plaisir… Comme quoi, rien n’est identique d’une femme à l’autre…

 

Les hommes revendiquent leur droit d’exister après l’accouchement, alors mesdames ne les oubliez  pas et lâchez un peu votre précieux bébé quelques soirées pour vous  consacrer à votre cher et tendre…N’oubliez pas que la famille repose sur le couple : pas de couple, pas de famille …

 

Deux autres notions ont été abordées durant ce café sexo :

 

  • l’amour pendant les règles : tabou pour certains, autorisés pour d’autres … D’un point de vue énergétique, c’est la meilleure période, la plus sensuelle…( cf cafe sexo sur la sexualité sacrée) mais la religion étant passée par là, beaucoup sont dégoutés par les menstruations et n’osent faire le pas. Discutez en entre vous …. Il est évident que si douleur il y a, on s’abstient. Mais je rappelle que des douleurs trop importantes pendant les règles ou lors des rapports est anormal et doit faire consulter : tout d’abord un gynécologue ou une sage femme pour faire un bilan gynécologique, et également un ostéopathe car certains problèmes mécaniques peuvent être levés par l’ostéopathie.

 

Je rappelle aussi, que l’orgasme en libérant un tas d’hormones comme les endorphines, dopamines et sérotonine est antalgique. Nous pouvons donc nous servir de l’orgasme pour faire oublier momentanément certaines douleurs...

 

 

Les crises dans le couple :

  • dues à l’éducation des enfants +++
  • à un manque de discussion

 

 

Comment faire pour résoudre les pbs de crise :

 

_ Prendre le temps de « désamorcer » la crise, c’est à dire noter au besoin par écrit le motif de la crise et donner un rdv plus tard pour en discuter, pas « à chaud »

            _ faire des concessions

            _ prendre le temps d’écouter l’autre

            _discuter du partage des tâches ménagères et éducatives

            _ s’aménager un temps personnel de loisirs ou de repos

            _ s’aménager des temps de couple, des surprises

  • le désir se nourrit du manque : s’octroyer du temps ou des soirées seul ou avec des amis, sans le conjoint
  • parler parler parler …. de ses envies, de ses soucis et de ses émotions : un couple doit s’entraider, rien de pire que de cacher à l’autre ses états d’ame, ils ne feront qu’empirer et le conjoint se sent impuissant et inutile s’il n’est pas mis au courant des problèmes.
  • Des mots magiques dans le couple : ‘j’ai besoin de toi « …. »merci « ….

  • 0

Compte- rendu du 09 Novembre 2016 – Sexualité Sacrée

Category : Non classé

COMPTE RENDU :

 La sexualité à travers les différents âges de la vie.

28 septembre 2016 à Challans, la Romazière.

Nombre de participants…40

 

Nous avons ouvert le débat avec les questions suivantes :

 

-Quelle serait le moment pour vivre une sexualité épanouie ?

-A quel âge est-on le plus épanoui sexuellement ?

 

On se questionne alors si les expériences accumulées nous amènent de l’épanouissement.

Les avis des participants divergent :

On peut se situer dans le passé. Avec l’idée que « c’était mieux avant », avec la nostalgie de la première fois où tout est à apprendre, à découvrir. Le chemin est à parcourir.

Pour d’autres le meilleur rapport sera toujours le prochain, situé dans le futur avec une quête de la performance, faire toujours mieux.

Et pourquoi vivre sa sexualité dans « l’ici et« Maintenant » car le plaisir est vécu dans l’instant-présent dans la connexion à ses sensations et non pas dans le avant ou le après…

La sexualité est-elle un art de vivre au présent ?

Si l’épanouissement sexuel va de pair avec la découverte de soi et de l’autre, que dire d’une relation longue où l’on fait l’amour des années durant avec le même partenaire. Que pensez du partenaire d’une vie ? Comment faire pour s’aimer toujours intensément, se redécouvrir perpétuellement et justement créer de l’impermanence.

Il n’y aurait finalement pas d’âge précis, mais le moment, l’âge ; la période de sa vie où on l’a décidé.

Comment faire pour s’aimer et continuer à s’aimer ? Est-ce dépendant du regard de l’autre ? Il est important de compter sur soi-même, ne pas toujours attendre de l’autre. Les personnes célibataires pour de courtes ou longues périodes doivent rester sexué(e)s, garder leur corps et leur sensualité en éveil. En effet, Candide disait « il faut cultiver son jardin »

Il est souvent évoqué la connaissance de soi comme gage de développement personnel et sexuel.

 Mais se connaître c’est quoi ?

Déjà, connaître son anatomie de base, une chose primordiale. De nombreuses filles et femmes ne se sont jamais vues ! En effet les petits garçons ont très tôt l’habitude de se tenir le sexe ne serait-ce que pour uriner, décalotter ou recalotter… Les petites filles n’ont pas accès à ce sexe caché, elles doivent être curieuse, prendre un miroir, se pencher, se découvrir en se touchant… Mais cette zone est souvent interdit implicitement ou tellement mystérieuse…

Pour les hommes, il reste aussi du tabou, beaucoup rigolent sur le sexe, mais les hommes parlent-ils vraiment de leurs questions, leurs fragilités, l’évolution de leur corps ?

Comment travailler l’image de son corps ?

Parfois 1/2/5 kgs en trop ou manquant peuvent distordre l’image corporelle que l’on a de soi. Les années amènent aussi des changements qu’il est difficile à accepter. Comment faire ? Le sport, les échanges de groupe ou en thérapie, le coaching, la médiation. Certains conseils vestimentaires peuvent tout changer pour se mettre en valeur, mettre en avant ses atouts et se sentir, beau, belle, séduisant(e). Finalement c’est plus l’état d’esprit, l’image que l’on dégage que la réalité physique. Sera évoqué le corps dans son image et dans les limites qu’il induit. Un surpoids important, un handicap, une blessure momentanée amèneront des ajustements, une reconquête de sa sexualité.

 

Que se passe t’il lorsque l’on change de partenaire à un âge avancé ?

Cela induit une nouvelle acceptation, le nouveau partenaire aura peut-être un regard différent du précédent mais il reste toujours un travail sur son propre regard sur nous-même. Je peux aimer mon corps non pas dans son image mais dans le plaisir qu’il me renvoie. La sexualité, dirons-nous plutôt les sexualités sont multiples physique/ charnelle, émotionnelle et spirituelle/sacrée.

Une participante nous relate le livre « Tente rouge » de A. Diamant sur l’histoire de la sexualité bien avant J.C . L’historienne retrace les pratiques d’initiation entre femmes et une sexualité d’abord tournée vers la recherche de plaisir avant la procréation. La jeune femme apprenait alors comment ressentir du plaisir pour elle.

Topo bref et non exhaustif sur les différents âges sexuels :

Génération 15/30 ans :

C’est la période de recherche de performance conditionné par notre société avec internet et la pornographie qui est aujourd’hui la source d’informations principale !Il n’est pas encore habituel de parler de sexualité à la maison. Le jeune développe et c’est normal, de la pudeur, de la gêne quand cela le touche. Alors il est important d’en parler bien avant ! En laissant accessibles des livres adaptés très tôt, et en restant toujours ouvert à la discussion mais peut-être éviter les questions qui bloque « alors tu as un petit copain/copine ? Il est toujours possible de parler de sexualité sans parler de soi avec son enfant, son jeune.

(cf livre le traité des caresses)

Les trentenaire et quarantenaires :

C’est la période du désir et de l’accomplissement de devenir parent, le corps change pour la femme avec et après la grossesse. Le corps devient « machine à créer, à concevoir » pour d’autres la maternité et l’accouchement amènent une première connaissance de son périnée, de sa puissance… Elle peut se couper de sa sexualité ou se découvrir. Pour certains la procréation assistée a pu rendre la sexualité reproductive uniquement et la dénuer de plaisir. C’est alors une reconquête. Les enfants petits et les réveils nocturnes, les taches quotidiennes peuvent malmener le couple. Nous évoquerons à un prochain café sexo « couple d’amants, couples de parents ».

A 50 ans et plus :

les enfants quittent le nid. On peut se redécouvrir en tant qu’amants, se sentir plus libre pour exprimer son plaisir, ne serait-ce que en faisant du bruit à la maison ou en redécouvrant des pièces de la maison !

 

Quand arrive la ménopause chez les femmes :

un nouveau carrefour. C’est un tsunami ! Qui suis-je ? Plus une mère féconde, une femme ? mais avec les désagréments comme bouffées de chaleurs, sécheresse vaginale ou kilos installés, c’est chose parfois difficile. Il existe alors des compléments alimentaires, des lubrifiants, des aides par les médecines douces… Dans tous les cas, la dynamique du sexe est un peu une affaire de mécanique « plus on s’en sert, mieux ça marche » ! Plusieurs chemins sont possibles pour se réapproprier son corps pour aller vers une phase de « féminitude » (cf Alain Héril, dans son livre Femme épanouie) où le corps peut connaître une véritable explosion de plaisir, un retour à soi profond

 Un participant aura besoin de conclure: » même si c’est bien toujours le fond et le moteur surtout… Faites l’amour avec amour. »


  • 0

Compte-rendu café sexo du 28 sept 2016 – Sexualité à travers les âges

Category : Non classé

COMPTE RENDU :

 La sexualité à travers les différents âges de la vie.

28 septembre 2016 à Challans, la Romazière.

Nombre de participants…40

 

Nous avons ouvert le débat avec les questions suivantes :

 

-Quelle serait le moment pour vivre une sexualité épanouie ?

-A quel âge est-on le plus épanoui sexuellement ?

 

On se questionne alors si les expériences accumulées nous amènent de l’épanouissement.

Les avis des participants divergent :

On peut se situer dans le passé. Avec l’idée que « c’était mieux avant », avec la nostalgie de la première fois où tout est à apprendre, à découvrir. Le chemin est à parcourir.

Pour d’autres le meilleur rapport sera toujours le prochain, situé dans le futur avec une quête de la performance, faire toujours mieux.

Et pourquoi vivre sa sexualité dans « l’ici et« Maintenant » car le plaisir est vécu dans l’instant-présent dans la connexion à ses sensations et non pas dans le avant ou le après…

La sexualité est-elle un art de vivre au présent ?

Si l’épanouissement sexuel va de pair avec la découverte de soi et de l’autre, que dire d’une relation longue où l’on fait l’amour des années durant avec le même partenaire. Que pensez du partenaire d’une vie ? Comment faire pour s’aimer toujours intensément, se redécouvrir perpétuellement et justement créer de l’impermanence.

Il n’y aurait finalement pas d’âge précis, mais le moment, l’âge ; la période de sa vie où on l’a décidé.

Comment faire pour s’aimer et continuer à s’aimer ? Est-ce dépendant du regard de l’autre ? Il est important de compter sur soi-même, ne pas toujours attendre de l’autre. Les personnes célibataires pour de courtes ou longues périodes doivent rester sexué(e)s, garder leur corps et leur sensualité en éveil. En effet, Candide disait « il faut cultiver son jardin »

Il est souvent évoqué la connaissance de soi comme gage de développement personnel et sexuel.

 Mais se connaître c’est quoi ?

Déjà, connaître son anatomie de base, une chose primordiale. De nombreuses filles et femmes ne se sont jamais vues ! En effet les petits garçons ont très tôt l’habitude de se tenir le sexe ne serait-ce que pour uriner, décalotter ou recalotter… Les petites filles n’ont pas accès à ce sexe caché, elles doivent être curieuse, prendre un miroir, se pencher, se découvrir en se touchant… Mais cette zone est souvent interdit implicitement ou tellement mystérieuse…

Pour les hommes, il reste aussi du tabou, beaucoup rigolent sur le sexe, mais les hommes parlent-ils vraiment de leurs questions, leurs fragilités, l’évolution de leur corps ?

Comment travailler l’image de son corps ?

Parfois 1/2/5 kgs en trop ou manquant peuvent distordre l’image corporelle que l’on a de soi. Les années amènent aussi des changements qu’il est difficile à accepter. Comment faire ? Le sport, les échanges de groupe ou en thérapie, le coaching, la médiation. Certains conseils vestimentaires peuvent tout changer pour se mettre en valeur, mettre en avant ses atouts et se sentir, beau, belle, séduisant(e). Finalement c’est plus l’état d’esprit, l’image que l’on dégage que la réalité physique. Sera évoqué le corps dans son image et dans les limites qu’il induit. Un surpoids important, un handicap, une blessure momentanée amèneront des ajustements, une reconquête de sa sexualité.

 

Que se passe t’il lorsque l’on change de partenaire à un âge avancé ?

Cela induit une nouvelle acceptation, le nouveau partenaire aura peut-être un regard différent du précédent mais il reste toujours un travail sur son propre regard sur nous-même. Je peux aimer mon corps non pas dans son image mais dans le plaisir qu’il me renvoie. La sexualité, dirons-nous plutôt les sexualités sont multiples physique/ charnelle, émotionnelle et spirituelle/sacrée.

Une participante nous relate le livre « Tente rouge » de A. Diamant sur l’histoire de la sexualité bien avant J.C . L’historienne retrace les pratiques d’initiation entre femmes et une sexualité d’abord tournée vers la recherche de plaisir avant la procréation. La jeune femme apprenait alors comment ressentir du plaisir pour elle.

Topo bref et non exhaustif sur les différents âges sexuels :

Génération 15/30 ans :

C’est la période de recherche de performance conditionné par notre société avec internet et la pornographie qui est aujourd’hui la source d’informations principale !Il n’est pas encore habituel de parler de sexualité à la maison. Le jeune développe et c’est normal, de la pudeur, de la gêne quand cela le touche. Alors il est important d’en parler bien avant ! En laissant accessibles des livres adaptés très tôt, et en restant toujours ouvert à la discussion mais peut-être éviter les questions qui bloque « alors tu as un petit copain/copine ? Il est toujours possible de parler de sexualité sans parler de soi avec son enfant, son jeune.

(cf livre le traité des caresses)

Les trentenaire et quarantenaires :

C’est la période du désir et de l’accomplissement de devenir parent, le corps change pour la femme avec et après la grossesse. Le corps devient « machine à créer, à concevoir » pour d’autres la maternité et l’accouchement amènent une première connaissance de son périnée, de sa puissance… Elle peut se couper de sa sexualité ou se découvrir. Pour certains la procréation assistée a pu rendre la sexualité reproductive uniquement et la dénuer de plaisir. C’est alors une reconquête. Les enfants petits et les réveils nocturnes, les taches quotidiennes peuvent malmener le couple. Nous évoquerons à un prochain café sexo « couple d’amants, couples de parents ».

A 50 ans et plus :

les enfants quittent le nid. On peut se redécouvrir en tant qu’amants, se sentir plus libre pour exprimer son plaisir, ne serait-ce que en faisant du bruit à la maison ou en redécouvrant des pièces de la maison !

 

Quand arrive la ménopause chez les femmes :

un nouveau carrefour. C’est un tsunami ! Qui suis-je ? Plus une mère féconde, une femme ? mais avec les désagréments comme bouffées de chaleurs, sécheresse vaginale ou kilos installés, c’est chose parfois difficile. Il existe alors des compléments alimentaires, des lubrifiants, des aides par les médecines douces… Dans tous les cas, la dynamique du sexe est un peu une affaire de mécanique « plus on s’en sert, mieux ça marche » ! Plusieurs chemins sont possibles pour se réapproprier son corps pour aller vers une phase de « féminitude » (cf Alain Héril, dans son livre Femme épanouie) où le corps peut connaître une véritable explosion de plaisir, un retour à soi profond

 Un participant aura besoin de conclure: » même si c’est bien toujours le fond et le moteur surtout… Faites l’amour avec amour. »


  • 0

  • 0

  • 0

Compte-rendu du 25 mai : Le plaisir Masculin

Category : Non classé

Compte rendu du café sexo du 25 mai 2016-
Le plaisir masculin

Nous nous sommes posé une question : Le plaisir chez l’Homme peut-il varier ? Avez-vous remarqué qu’il n’était pas le même en fonction de circonstances ou de moments ?
– Nous avons comparé le plaisir avec un met préféré : en fonction du moment, de l’ambiance, nous ne ressentons pas le même plaisir à déguster. Cela se rapproche du plaisir en amour : la tenue vestimentaire, les positions, les gestes plus ou moins sensuels du partenaire…donnent une autre « saveur » au plaisir.
Note de la sexologue : il semblerait que pour la majorité des hommes : la vision soit un sens très développé pour l’augmentation de l’excitation- Sous-vêtements affriolants, lumière tamisée ou non, voir sa partenaire jouir…

Pour certains, l’augmentation du nombre de rapports favorise le désir, d’autres pensent qu’au contraire un petit peu de frustration et de manque vont décupler le désir et le plaisir …
Question : Qu’est ce qui peut faire durer le plaisir ?
– les changements : de lieux … de positions …les fantaisies …. Ne pas cesser de jouer …

Note de la sexologue : Nous sommes des Humains et nous avons la parole .. C’est très utile ! La communication est la base de l’entente sexuelle et surtout de la possibilité de changements, d’envies de découvertes et de nouveauté. Se dire ce que l’on aime, ce que l’on n’aime moins, pas du tout… Les possibilités de changements que l’on accepte et ceux que l’on refuse définitivement.

Il est important de savoir pour soi-même déjà pourquoi l’on refuse certaines pratiques : sodomie, libertinage, cunnilingus ou fellation …. Se demander si c’est par dégout, sensation d’avilissement, peur de la douleur, crainte du jugement, etc….
Cela permettra de faire le « ménage » sur des aprioris, sur des auto-jugements, sur des codes sociaux, sur la part de son éducation. Cela permettra aussi de connaitre dans un couple les possibilités d’évolution et aussi le respect de non pratiques lorsque les choses sont énoncées clairement.

Question : qu’est-ce que le plaisir prostatique chez l’Homme ?
Plaisir obtenu par pénétration anale manuelle, sexuelle ou god. La stimulation de la prostate par voie anale à travers la paroi du rectum donne un plaisir particulier. Certains hommes acceptent d’essayer, le pratiquent, d’autres n’osent pas par peur de l’inconnu et parce qu’ils assimilent cette pratique à de l’homosexualité…. A chacun ses limites …

Question : le libertinage : dysfonction dans le couple ??
Note de la sexologue : Non, le libertinage ne correspond que rarement à une dysfonction dans le couple mais plutôt à une envie de changement, de piment. Mais attention encore à la communication dans le couple : si les deux ne sont pas totalement d’accord sur ce que l’on recherche on risque d’être déçus voire de connaitre des distensions dans le couple : savoir si l’on fait du libertinage pour un aspect exhibitionniste ou voyeuriste ou connaitre des sensations nouvelles avec d’autres partenaires… Chacun a ses attentes et il faut beaucoup en parler avant et évaluer toutes les conséquences de ces pratiques.
Question : La communication face aux difficultés sexuelles
Note de la sexologue : Les hommes ont une difficulté pour parler de leurs soucis, dans la vie générale déjà mais surtout en matière de sexualité. Ils doivent apprendre à discuter et à parler à leur partenaire de leurs doutes, de leurs craintes, de leurs envies. C’est ainsi qu’ils pourront faire face aux soucis de dysfonction érectile et d’éjaculation précoce.
La dysérection représente toujours une grande souffrance pour l ‘Homme qui a le sentiment d’être moins « Homme », de perdre en virilité. De ce fait, son estime de soi se détériore. S’il en parle vraiment avec sa compagne, ils pourront ensembles comprendre le processus et consulter un sexologue. De nombreux traitements existent, il ne faut pas toujours en faire l’économie. Il s’agit généralement de traitements temporaires permettant de reprendre confiance en soi. Et surtout n’oublions pas que la qualité de l’érection est beaucoup lié au stress : des hormones entrent en jeu au moment de l’érection, certaines favorisant l’arrivée du sang dans le pénis (hormones de détente = Endorphines ou de plaisir = dopamine), d’autres hormones vont inhiber ce phénomène (hormones de stress = adrénaline). En parler à sa compagne et/ou à un professionnel améliore toujours la situation, des solutions adaptées vont être trouvées.
Quant à l’éjaculation précoce, un homme sur 3 ou 4 sont concernés : il faut en parler car cela se résout facilement avec des changements de comportements. Un sexologue vous fera comprendre le processus d’apparition et comment seul, ou avec votre partenaire résoudre ce souci bien ennuyeux pour l’atteinte du plaisir pour soi et pour l’autre.

Question : Peut-on distinguer orgasme et éjaculation chez l’Homme ? (Intervention de Nicolas )
Note de la sexologue : Après un traitement chirurgical du cancer de la prostate, il s’avère que les hommes ont toujours un orgasme mais sans éjaculation. C’est ainsi que l’on a pu, entre autres, distinguer les deux, bien souvent confondus.
Mais peut –on volontairement contrôler son éjaculation afin de la retarder à volonté voire la distinguer complètement de la jouissance ?
C’est ce que propose la sexualité tantrique.
La sexualité sacrée est un fait humain ancestral lié à la magie et à la sorcellerie.
Le tantrisme est vieux de 4000 ans avant notre ère. Les techniques du Tantra et du Tao peuvent être bénéfiques à notre épanouissement sexuel ainsi qu’à notre esprit et à notre santé en général. Il s’agit pour l’essentiel d’un travail « énergétique »lié à la circulation des énergies dans le corps comme dans le yoga et le Qi Gong. En théorie, il s’agit de transformer l’énergie orgasmique, qui est très puissante, en énergie spirituelle. Cet éveil spirituel a pour effet au niveau de la sexualité de faire durer les préliminaires, de contrôler pour l’homme son excitation, afin de se faire succéder les orgasmes sans éjaculation et donc sans perte d’énergie.
Le plaisir tantrique passe par la bienveillance, la pleine conscience, l’amour, la connivence, la complicité, la respiration abdominale synchrone. Le but est la maitrise de son éjaculation qui permettra de ne pas perdre son érection. Dans la sexualité tantrique, l’éjaculation est considérée comme néfaste, une perte d’énergie qui raccourcirait la vie à terme. Mais l’entrainement sur son périnée est nécessaire (Hé oui les hommes ont aussi un périnée et ils peuvent en prendre le contrôle !) : on apprend ainsi gérer son excitation et son éjaculation. Cela ne s’apprend pas en un jour mais est accessible à tous avec un peu d’exercice.
Ceci reste possible avec l’aide d’une partenaire complice tant en matière de compréhension mutuelle de la montée de l’excitation, qu’en matière de respiration commune, de spiritualité….

Conclusion de ce café sexo :

Nous avons pu faire ressortir que le plaisir chez l’Homme est lié à différents facteurs. Une bonne compréhension de sa propre Excitation, des facteurs liés à sa/son partenaire : plaisir du ou de la partenaire exprimé ou ressenti, communiquer ses souhaits en matière de de pratiques sexuelles, fantaisies, envies de nouveauté. Et surtout échanger sur ses craintes, ses stress car les non-dits sont très rapidement pourvoyeurs de difficultés d’autant plus compliqués à résoudre qu’ils seront tus longtemps.


  • 0

agenda 2017

Category : Non classé

Mercredi 5 avril 2017 – Alimentation et Sexualité

Mercredi 3 Mai 2017 – Les jeunes et la sexualité

mercredi 14 juin 2017- L’Art et la sexualité

Au restaurant La Romazière – 10 rue des artisans – Challans

RDV – 19h30

DEBUT – 20h

FIN-21h30