Compte- rendu du 09 Novembre 2016 – Sexualité Sacrée

  • 0

Compte- rendu du 09 Novembre 2016 – Sexualité Sacrée

Category : Non classé

COMPTE RENDU :

 La sexualité à travers les différents âges de la vie.

28 septembre 2016 à Challans, la Romazière.

Nombre de participants…40

 

Nous avons ouvert le débat avec les questions suivantes :

 

-Quelle serait le moment pour vivre une sexualité épanouie ?

-A quel âge est-on le plus épanoui sexuellement ?

 

On se questionne alors si les expériences accumulées nous amènent de l’épanouissement.

Les avis des participants divergent :

On peut se situer dans le passé. Avec l’idée que « c’était mieux avant », avec la nostalgie de la première fois où tout est à apprendre, à découvrir. Le chemin est à parcourir.

Pour d’autres le meilleur rapport sera toujours le prochain, situé dans le futur avec une quête de la performance, faire toujours mieux.

Et pourquoi vivre sa sexualité dans « l’ici et« Maintenant » car le plaisir est vécu dans l’instant-présent dans la connexion à ses sensations et non pas dans le avant ou le après…

La sexualité est-elle un art de vivre au présent ?

Si l’épanouissement sexuel va de pair avec la découverte de soi et de l’autre, que dire d’une relation longue où l’on fait l’amour des années durant avec le même partenaire. Que pensez du partenaire d’une vie ? Comment faire pour s’aimer toujours intensément, se redécouvrir perpétuellement et justement créer de l’impermanence.

Il n’y aurait finalement pas d’âge précis, mais le moment, l’âge ; la période de sa vie où on l’a décidé.

Comment faire pour s’aimer et continuer à s’aimer ? Est-ce dépendant du regard de l’autre ? Il est important de compter sur soi-même, ne pas toujours attendre de l’autre. Les personnes célibataires pour de courtes ou longues périodes doivent rester sexué(e)s, garder leur corps et leur sensualité en éveil. En effet, Candide disait « il faut cultiver son jardin »

Il est souvent évoqué la connaissance de soi comme gage de développement personnel et sexuel.

 Mais se connaître c’est quoi ?

Déjà, connaître son anatomie de base, une chose primordiale. De nombreuses filles et femmes ne se sont jamais vues ! En effet les petits garçons ont très tôt l’habitude de se tenir le sexe ne serait-ce que pour uriner, décalotter ou recalotter… Les petites filles n’ont pas accès à ce sexe caché, elles doivent être curieuse, prendre un miroir, se pencher, se découvrir en se touchant… Mais cette zone est souvent interdit implicitement ou tellement mystérieuse…

Pour les hommes, il reste aussi du tabou, beaucoup rigolent sur le sexe, mais les hommes parlent-ils vraiment de leurs questions, leurs fragilités, l’évolution de leur corps ?

Comment travailler l’image de son corps ?

Parfois 1/2/5 kgs en trop ou manquant peuvent distordre l’image corporelle que l’on a de soi. Les années amènent aussi des changements qu’il est difficile à accepter. Comment faire ? Le sport, les échanges de groupe ou en thérapie, le coaching, la médiation. Certains conseils vestimentaires peuvent tout changer pour se mettre en valeur, mettre en avant ses atouts et se sentir, beau, belle, séduisant(e). Finalement c’est plus l’état d’esprit, l’image que l’on dégage que la réalité physique. Sera évoqué le corps dans son image et dans les limites qu’il induit. Un surpoids important, un handicap, une blessure momentanée amèneront des ajustements, une reconquête de sa sexualité.

 

Que se passe t’il lorsque l’on change de partenaire à un âge avancé ?

Cela induit une nouvelle acceptation, le nouveau partenaire aura peut-être un regard différent du précédent mais il reste toujours un travail sur son propre regard sur nous-même. Je peux aimer mon corps non pas dans son image mais dans le plaisir qu’il me renvoie. La sexualité, dirons-nous plutôt les sexualités sont multiples physique/ charnelle, émotionnelle et spirituelle/sacrée.

Une participante nous relate le livre « Tente rouge » de A. Diamant sur l’histoire de la sexualité bien avant J.C . L’historienne retrace les pratiques d’initiation entre femmes et une sexualité d’abord tournée vers la recherche de plaisir avant la procréation. La jeune femme apprenait alors comment ressentir du plaisir pour elle.

Topo bref et non exhaustif sur les différents âges sexuels :

Génération 15/30 ans :

C’est la période de recherche de performance conditionné par notre société avec internet et la pornographie qui est aujourd’hui la source d’informations principale !Il n’est pas encore habituel de parler de sexualité à la maison. Le jeune développe et c’est normal, de la pudeur, de la gêne quand cela le touche. Alors il est important d’en parler bien avant ! En laissant accessibles des livres adaptés très tôt, et en restant toujours ouvert à la discussion mais peut-être éviter les questions qui bloque « alors tu as un petit copain/copine ? Il est toujours possible de parler de sexualité sans parler de soi avec son enfant, son jeune.

(cf livre le traité des caresses)

Les trentenaire et quarantenaires :

C’est la période du désir et de l’accomplissement de devenir parent, le corps change pour la femme avec et après la grossesse. Le corps devient « machine à créer, à concevoir » pour d’autres la maternité et l’accouchement amènent une première connaissance de son périnée, de sa puissance… Elle peut se couper de sa sexualité ou se découvrir. Pour certains la procréation assistée a pu rendre la sexualité reproductive uniquement et la dénuer de plaisir. C’est alors une reconquête. Les enfants petits et les réveils nocturnes, les taches quotidiennes peuvent malmener le couple. Nous évoquerons à un prochain café sexo « couple d’amants, couples de parents ».

A 50 ans et plus :

les enfants quittent le nid. On peut se redécouvrir en tant qu’amants, se sentir plus libre pour exprimer son plaisir, ne serait-ce que en faisant du bruit à la maison ou en redécouvrant des pièces de la maison !

 

Quand arrive la ménopause chez les femmes :

un nouveau carrefour. C’est un tsunami ! Qui suis-je ? Plus une mère féconde, une femme ? mais avec les désagréments comme bouffées de chaleurs, sécheresse vaginale ou kilos installés, c’est chose parfois difficile. Il existe alors des compléments alimentaires, des lubrifiants, des aides par les médecines douces… Dans tous les cas, la dynamique du sexe est un peu une affaire de mécanique « plus on s’en sert, mieux ça marche » ! Plusieurs chemins sont possibles pour se réapproprier son corps pour aller vers une phase de « féminitude » (cf Alain Héril, dans son livre Femme épanouie) où le corps peut connaître une véritable explosion de plaisir, un retour à soi profond

 Un participant aura besoin de conclure: » même si c’est bien toujours le fond et le moteur surtout… Faites l’amour avec amour. »